Auteurs

Gwenaëlle ABOLIVIER

Gwenaëlle Abolivier est une journaliste et écrivaine française et aussi une voix de France Inter. Pendant 20 ans, elle parcourt le monde en tant que reporter pour les ondes de France Inter, France Culture et RFI. Aujourd’hui, elle a rejoint la Radio Télévision Suisse francophone et privilégie l’écriture littéraire. Elle participe également aux revues ArMen et Eulalie.Son écriture puise ses racines dans le voyage au long-cours et les horizons du monde entier. Elle est l’auteure de récits de voyages et d’anthologies de correspondances, de textes poétiques et de livres illustrés pour la jeunesse dont une biographie d’Alexandra David-Neel.
En 2015, elle séjourne trois mois d’hiver dans le sémaphore d’Ouessant, d’où ce nouvel ouvrage qui vient de paraître "Tu m’avais dit Ouessant" aux éditions «Le mot et le reste»
Elle anime également un blog où elle fait part de ses coups de cœur littéraires et culturels :
https://gwenaelleabolivier.wordpress.com
Crédit photo ©  Dany Guèble
.

Jérôme ATTAL

Jérôme Attal est un écrivain doué. Il faut lire "Le garçon qui dessinait des soleils noirs" ou "Journal fictif d’Andy Warhol" pour vite s'en rendre compte. Il est également parolier, scénariste, acteur, auteur-compositeur-interprète et tient un journal en ligne depuis 1998. En 2016 "Les jonquilles de Green Park" reçoit le prix littéraire La petite cour/L'île aux livres 2016. Pour l'ensemble de son œuvre, il a reçu en 2016 le prix spécial La Griffe Noire / Saint-Maur-en-poche. En 2017 paraît aux éditions Robert Laffont "L'appel de Portobello Road". En novembre 2017, il sort sa première histoire enchantée pour enfants : "Le goéland qui fait Miaou" en collaboration avec Sylvie Serprix et Constance Amiot aux éditions Le label dans la forêt, puis, 2018 paraît "37, étoiles filantes". Le roman obtient le Prix de la rentrée littéraire des amis de Gonzague, et le prix coup de cœur du Clos de Vougeot. "37 étoiles filantes" met en scène Alberto Giacometti et Jean-Paul Sartre dans le Paris des années 30. En octobre 2018, il signe une chanson sur l'album ultime de Johnny Hallyday : L'Amérique de William, mise en musique par Yodelice. Il nous revient avec "La Petite sonneuse de cloche"...

www.jerome-attal.net
Crédit photo ©  Mathieu Zazzo
.

Emma Becker

Emma Becker est née en 1988 dans les Hauts-de-Seine. Elle est l’auteure de « Mr. » (2011) et de « Alice » (2015) publiés chez Denoël. « La Maison » son dernier opus paru chez Flammarion cette rentrée littéraire fait partie des 524 nouveaux romans. L’ex-étudiante en lettres à la Sorbonne, lectrice de Louis Calaferte et adepte du gonzo journalisme, vient de passer deux ans et demi dans un bordel berlinois, « à cheval entre un lieu saint et une école maternelle », afin de raconter, de l’intérieur et en la partageant, la vie quotidienne des prostituées. Ce que raconte Emma Becker compte moins que la manière, physique et intellectuelle, dont elle le raconte...

morgan audic
Crédit photo © Pascal Ito pour Flammarion

Yahia BELASKRI

Yahia Belaskri est né à Oran. Il est membre du comité de rédaction de la revue Apulée. Il a publié des contributions, des nouvelles, des essais et quatre romans dont « Le Livre d’Amray », éd. Zulma, 2018 ; « Abd el-Kader : le combat et la tolérance », éd. Magellan et Cie, Paris, 2016 ; « Les Fils du Jour », éd. Vents d’ailleurs, 2014 pour lequel il a reçu le Prix Beur FM Méditerranée et le Prix Coup de cœur des Journées du livre européen et méditerranéen ; « Si tu cherches la pluie, elle vient d’en haut », éd. Vents d’ailleurs, 2010 a été couronné par le Prix du roman Ouest France-Etonnants Voyageurs 2011 et le Prix Coup de cœur de Coup de Soleil Languedoc-Roussillon 2012.

Gisèle BIENNE

Gisèle BIENNE, l'auteure de ce superbe texte, intime et tout à fait raccord avec nos préoccupations sur la bonne santé de notre Terre : "La Malchimie", publié chez Actes Sud, 2019. Ici sa bio et sa photo :
Gisèle Bienne, romancière et essayiste, vit et travaille à Reims. Elle y a, pendant de nombreuses années, conduit des ateliers d’écriture. Elle aime voyager, marcher, franchir des cols, mais on voyage aussi beaucoup en écrivant… Elle est l’auteur de plusieurs romans et de deux essais. Elle a consacré quatre ouvrages à la Première Guerre mondiale. Cf. son site internet : https://giselebienne.jimdo.com/ Elle publie également pour la jeunesse. Son dernier livre, La Malchimie, Actes Sud, a obtenu le prix Maurice-Genevoix. Elle y traite d’un fait sociétal très actuel qui touche un large public, les produits phytosanitaires (pesticides), à travers l’émouvante relation frère/sœur ; un frère, ouvrier agricole, qu’elle a perdu, victime des effets de ces produits.« Quel titre puissant et bien trouvé (…), mot-valise gravé sur ce beau livre-tombeau que l’auteure a écrit pour son frère agriculteur, emporté par une leucémie après des années d’intoxication inconsciente par les pesticides. La force de ce texte, à la fois intime et engagé, vient des fils de soie que Gisèle Bienne tend entre les êtres, entre les souvenirs, entre les événements, entre les expériences. » Télérama, 4 mai 2019.

Agnès CLANCIER

Agnès Clancier est l’auteure d’une dizaine de livres, dont « Port Jackson » (Gallimard, coll. Blanche), roman qui relate l’installation des Européens en Australie à la fin du XVIIIe siècle et « Une trace dans le ciel » (Arléa-poche, mai 2019), inspiré par la vie de Maryse Bastié, héroïne de l’aviation dans les années Trente et résistante pendant la seconde guerre mondiale.
Elle a aussi publié des nouvelles dans des ouvrages collectifs, un récit (« Karina Sokolova », 2014, Arléa) et un recueil de poèmes (« Outback, disent-ils », 2017, Éditions Henry).
Son dernier roman, intitulé « Le corps de Sankara », à paraître aux Éditions du Rocher début mars 2020, suit les pas de Daurat et Lucie, expatriés depuis peu au Burkina Faso, dont les chemins de vie chaotiques se croisent autour d’un projet commun.

www.agnes-clancier.com

Crédit photo © Michel Gras

Thomas Giraud

Thomas Giraud est né en 1976 à Paris. Docteur en droit public, il vit et travaille à Nantes. Depuis le bel accueil réservé à son premier roman, "Elisée, avant les ruisseaux et les montagnes", Thomas Giraud contribue à Remue.net, 303, La moitié du Fourbi ou encore le "Yournal". Son deuxième ouvrage, "La Ballade silencieuse de Jackson C. Frank" a aussi connu un beau succès puisqu'il a été nominé au prix de la brasserie Barbes (Littérature et musique) 2018, et au prix des lycéens et apprentis, île de France 2018 et obtenu le Prix Climax.
"Le Bruit des tuiles", paru cette rentrée, est son troisième roman chez l'éditeur de La Contre Allée.

Alexandra KOSZELYK

Auteure d'un premier roman aux Forges de Vulcain, et quel roman !
Alexandra Koszelyk est née en 1976. Elle enseigne, en collège, le français, le latin et le grec ancien. En parallèle, elle est formatrice pour l’association Paysage et patrimoine sans frontières, un prestataire de formation au paysage, au jardin et à l’histoire des arts. Elle écrit également sur son blog personnel consacré à la littérature, Bric à Book. « A crier dans les ruines » a été sélectionné pour le prix Stanislas du premier roman et fait partie des talents Cultura de la rentrée.
Crédit photo © Patrice  Normand

KRIS

Talentueux scénariste dans la lignée d'un Hugo Pratt ! Kris crée des personnages incarnés, dont les histoires sont soutenues souvent par l’Histoire, avec la grande « H » de Perec, mais aussi par la Littérature. Ici sa bio et sa photo, copyright Yves Larvor :
Kris vit à Brest où il est né en 1972. Il y a grandi, y a étudié l’Histoire. Issu d’une famille d’ouvriers et de marins, Kris porte l’héritage de son grand-père et de son arrière-grand-père, résistants à l’occupation nazie. Passionné d’Histoire, il a le goût du récit et sait raconter les luttes populaires, les combats des minorités, les batailles des plus modestes.D’abord libraire spécialisé en bande dessinée, il écrit ses premiers scenarii en 2002. Scénariste, il crée avec un collectif d’artistes et d’auteurs du 9e art "La Revue Dessinée" en 2013, dont la vocation est de raconter le monde par le dessin. Lui, le fait en écrivant. On retiendra "Un homme est mort", "Coupures irlandaises", "Notre Mère la Guerre", "Un maillot pour l’Algérie" ou "Nuit noire sur Brest". "Notre Amérique", raconte la période de Révolution tant culturelle que sociale qui a suivi la première guerre mondiale. En 2017, aux côtés du patriarche de la BD bretonne Jean-Claude Fournier, c’est aux heures sombres de l’Occupation qu’il s’attaque avec "Plus près de toi", histoire d’amour entre un tirailleur sénégalais fait prisonnier en 1940 et une jeune réfugiée en Bretagne. Enfin, en 2018, le trio Kris-Galic-Rey, a remis le couvert du sport et de l’histoire avec le premier tome (sur 4 prévus) de "Violette Morris", enquête historique cherchant à éclairer le destin et la personnalité hors-norme de celle qui fut l’une des plus grandes championnes sportives françaises de l’histoire mais dont l’existence s’acheva sur une route normande en avril 1944, exécutée par la Résistance pour faits de collaboration.

Mérédith LE DEZ

Mérédith Le Dez, née en 1973, vit et écrit en Bretagne. Initialement professeure de Lettres, elle démissionne de l’Education nationale et crée les éditions MLD (2007-2013) autour de cinq collections de littérature et poésie principalement. Elle-même, éditée depuis 2008, outre des publications en revue, des articles et des préfaces, est l’auteure d’une douzaine de livres, alternant prose et poésie. Parallèlement, elle anime, selon son plaisir, des rencontres littéraires.Elle a reçu en 2015 le prix international de poésie francophone Yvan-Goll pour « Journal d’une guerre » (Folle Avoine, 2013) et en 2017 le prix de poésie française Vénus-Khoury-Ghata pour « Cavalier seul » (Mazette, 2016). En 2018, son second roman, « Le Cœur mendiant » (La Part Commune, 2018), remporte le Prix du Roman de La Ville de Carhaix.En 2019, elle renoue avec l’édition au sein des éditions Mazette, où elle dirige Brèche, une collection de littérature destinée aux formes brèves, et la revue 21#12. La même année, à l’automne, elle devient libraire.Dernières parutions : « La nuit augmentée », poésie, Mazette (2019) ; « Langue de bœuf et autres délicatesses », nouvelles grinçantes, Mazette (à paraître en février 2020).

meredithledez.com

 Crédit photo © K. Baudot

Yvon LEMEN

Et c'est un Goncourt ! Goncourt de la poésie 2019.
Né à Tréguier en 1953, installé à Lannion, Yvon Le Men est la figure de proue de la poésie aujourd’hui écrite en Bretagne. Depuis son premier livre, "Vie" (1974), écrire et dire sont les seuls métiers de ce poète. « L’écriture, c’est la solitude et l’absence. La scène, c’est la présence, le partage. J’ai besoin de ces deux chemins ». Il fait ainsi partager sa passion au plus grand nombre, dans les salles de spectacles ou au festival Étonnants Voyageurs où il programme des poètes du monde entier. "Sous le plafond des phrases" est publié aux Éditions Bruno Doucey en janvier 2013 dans la collection Embrasures. Son "En fin de droits" est publié en octobre 2014 aux Éditions Bruno Doucey. En 2015, il publie U"ne île en terre", premier recueil d’une trilogie intitulée "Les continents sont des radeaux perdus". Le deuxième recueil de cette trilogie, "Le poids d’un nuage", paraît en janvier 2017, et le troisième, "Un cri fendu en mille", en septembre 2018. En 2019, il reçoit le Goncourt de la poésie pour l’ensemble de son œuvre.

copyright photo © Murielle Szac

Joseph PONTHUS

Joseph Ponthus, né en 1978 à Reims, vit désormais en Bretagne. Après des études supérieures, il travaille comme éducateur spécialisé dans la région parisienne. Avec quatre jeunes dont il s’occupe, il cosigne un livre, « Nous, la cité », publié en 2012 aux Éditions La Découverte. En 2015, un mariage le conduit à Lorient. Ne trouvant pas de travail dans la continuité de son activité, il s’inscrit dans une agence d’intérim. On lui propose alors des postes dans une conserverie de poissons. Pendant deux ans, Joseph Ponthus consigne le soir ses impressions et ressentis, avec humour, parsemé de réflexions de ses collègues qu’il retranscrit avec le virtuosité de sa plume. « A la ligne » publié janvier 2019 aux Editions de la Table ronde reçoit le Grand prix RTL-Lire 2019, le prix Régine-Deforges, ainsi que le prix Jean Amila-Meckert, et le Prix du premier roman des lecteurs des bibliothèques de la Ville de Paris.

copyright photo © Adrien Selbert pour Libération.

Carole MARTINEZ

Carole MARTINEZ, l'auteure multirécompensée du "Cœur cousu".
Née en 1966 à Créhange d’une mère lorraine et d’un père pied-noir espagnol, Carole Martinez a grandi à Paris dans la loge de concierge de sa grand-mère Nini, minuscule sorcière, grande conteuse et auteur de dizaines de livres de comptes (un sou est un sou!). Entre la cacophonie chantante de la tribu oranaise et les tablées sérieuses d’un petit village de l’Est, elle a cherché sa place. Passionnée par l’écriture et le théâtre, elle a d’abord tenté de devenir comédienne avant d’admettre qu’elle manquait de talent et de reprendre des études de lettres tout en rédigeant des piges pour des journaux d’entreprises. Elle a travaillé comme sémiologue dans une agence de marketing, mais, en quête de sens après un travail insensé, elle a finalement choisi le professorat. Elle a enseigné les lettres modernes en banlieue parisienne durant dix ans en écrivant les cent premières pages d’un roman « Le Cœur cousu » qui est sorti chez Gallimard en 2007, a remporté 16 prix littéraires (dont le prix Ouest-France Etonnants Voyageurs) et a été traduit dans une quinzaine de langues. Ont suivi deux autres romans : « Du domaine des Murmures » (finaliste du prix Goncourt et Prix Goncourt des lycéens 2011) et « La Terre qui penche » (Feuille d’or 2015). Elle est aussi l’auteur d’une Bande Dessinée en quatre tomes « Bouche d’ombre » ( Casterman) dessinée par Maud Begon.

copyright photo © Catherine Hélie pour Gallimard

Pascal MILLET

Pascal Millet Livre de Caractère

Pascal Millet est né en France et a vécu douze ans au Québec. Après avoir été guide aux baleines sur le fleuve Saint-Laurent, il a étudié à l'Université de Montréal et a travaillé comme rédacteur scientifique pour le ministère de l'Environnement canadien. Auteur de nouvelles, de romans noirs et de livres pour la jeunesse, il vit désormais en Bretagne où il anime des ateliers d'écriture. Plusieurs de ses nouvelles ont été traduites en anglais et en espagnol. Quelques titres : "L'Iroquois", 2007, "Sayonara"", 2014 ; Morgane Mafia", 2017 et "Jusqu'au premier mot", 2019, ces derniers romans parus chez Locus Solus.

Sylvain PATTIEU

Né en 1979 à Aix-en-Provence, Sylvain Pattieu est maître de conférences en histoire et enseigne dans le master de création littéraire de l’Université Paris 8-Saint-Denis. Il est membre junior de l’Institut Universitaire de France. Ecrivain, il publie à la fois des romans et des documentaires littéraires, aimant croiser la littérature avec d'autres arts, travaillant dans des performances, enquêtes ou lectures musicales. Il a publié aux Éditions du Rouergue quatre romans, « les Impatientes », 2012, « Le Bonheur pauvre rengaine », 2013, « Et que celui qui a soif vienne : un roman de pirate », 2016. « Forêt-Furieuse », son dernier opus vient de paraître. Impressionnant roman post-apocalyptique ! En voici le résumé : « Dans un temps indéfini, des enfants rescapés d’une guerre sont abrités dans une institution en lisière d’une forêt. Ils sont plus habitués à la menace qu’à la tendresse, et reproduisent entre eux la violence qu’ils ont connue. Mais il y a le soleil, l’air, les jeux, pour panser les plaies de la guerre. La violence va cependant les rattraper, quand le village proche est conquis par de vrais supermuslin. Ces ogres aux grands couteaux instaurent la Terreur.

copyright photo ©  Sylvain Cherkaoui

Patrick PECHEROT

Patrick PECHEROT, son dernier opus, "Hével", est un texte magnifique d'humanité et de suspense, où l'on retrouvera un air des "Tontons flingueurs" et du "Salaire de la peur". Vous l'avez peut-être découvert avec "Tranchecaille"...
Né en 1953, Patrick Pécherot a publié une douzaine de romans aux éditions Gallimard, la plupart dans la Série Noire. Il a également écrit des scénarios de BD et des fictions radio pour l’émission de Stéphanie Duncan, "Autant en emporte l’histoire" sur France Inter. Son dernier roman, "Hével" (Gallimard 2018), a obtenu le Prix Marcel Aymé et le Prix Mystère de la Critique.

copyright photo © Francesca

Fañch REBOURS

Fañch Rebours est né à Paimpol en 1972. Enseignant en classes bilingues Breton-Français, sonneur, élu local, militant politique et culturel, il est l'auteur d'une trilogie de polars maritimes, de deux recueils intitulés « 13 nouvelles cruelles de Bretagne » et d'un roman noir, « Transport(s) ». Derrière le filtre de la comédie littéraire et sentimentale, son dernier livre, « Aline et moi » (La Gidouille, 2019), interroge la place que la concentration de l'édition en région parisienne laisse aux auteurs régionaux.

copyright photo © Olivier Le Roux

Laurine ROUX

Née en 1978, Laurine Roux vit dans les Hautes-Alpes où elle est professeure de Lettres modernes. Son premier roman, « Une immense sensation de calme », publié en mars 2018 aux Editions du Sonneur reçoit le Prix Révélation 2018 de la SGDL. Elle publie également de la poésie et des nouvelles dans diverses revues collectives (« Les Cahiers d’Adèle », « Revue Métèque », « L’encrier renversé », « 17 secondes », etc.). Le Prix George Sand de la nouvelle lui a été remis en 2012.

copyright photo © Stéphane Le Roux :

Laëtitia ROUXEL

Laëtitia ROUXEL est autrice de bandes dessinées, elle anime régulièrement des ateliers de bandes dessinées tout public et réalise du dessin en direct pour des spectacles de lecture musicale et contes. En 2017, elle reçoit le Prix de la BD embarquée à Brest pour « Des graines sous la neige » paru chez Locus Solus. « Douze balles montées en breloque », d’après une nouvelle de Louis Guilloux, paraît en 2018 chez Goater. « Brigande ! » qui retrace le parcours de Marion du Faouët, cheffe d'une compagnie de Brigands en Cornouaille qui finira pendue à Quimper, et « Carrefour des mondes, nos lettres persanes » sont parus tous deux chez Locus Solus en 2019. Des planches de « Brigande ! » ont été exposées à la Cité du livre à Bécherel en 2019.
laetitiarouxel.com

copyright photo © Carine Baudot

Emilio SCIARRINO

"Jour couché", paru cette année, revisite de manière désopilante le mouvement contestataire de Nuit debout. Irrésistible !  
Né à Palerme en 1988, Emilio Sciarrino est franco-italien. Il enseigne la langue, culture et littérature italiennes en classes préparatoires. Il écrit surtout en français. Après le récit "La maladie" (2015), il publie aux éditions du Rouergue le roman "Jour couché" (2019). La même année, il se lance au théâtre (écriture et jeu, en français et en italien) avec la compagnie Archithéâtres, pour les créations collectives "Douze jeunes en colère" ainsi que "Making of" (joué au Piccolo Teatro di Milano).

copyright photo © Arnaud Delrue

Samira SEDIRA

Samira Sedira mène une double carrière de comédienne et d’écrivaine. Son premier roman, "L’Odeur des planches" (2013), a été interprété au théâtre par Sandrine Bonnaire. Deux années après paraît "Majda en août". En 2019, elle a reçu le prix Exbrayat des lycéens pour "La Faute à Saddam" (2018). "Des gens comme eux" sortira à la rentrée de janvier. Découvrez ici la première de couverture !

copyright photo © Pascal Martos

Alexandre SEURAT

 Il nous revient avec "Petit frère" sorti cette rentrée littéraire. Une écriture dépouillée et intimiste. Un très beau texte !
Né en 1979, Alexandre Seurat est professeur de lettres à l'IUT d'Angers. Il a publié aux éditions du Rouergue quatre romans, "La maladroite", "L'administrateur provisoire", "Un funambule" et à la rentrée 2019 "Petit frère". Ses livres, dont les personnages sont souvent hantés par les fantômes de disparus, tentent de sonder les non-dits familiaux et les blessures de l'enfance.

copyright photo © Tina Merando

Shumona SINHA

Née en 1973 à Calcutta, installée en France depuis 2001, diplômée d’un Master de lettres modernes de Paris 4 Sorbonne, Shumona SINHA est lauréate du Prix du rayonnement de la langue française, décerné par l’Académie française et du Grand Prix du Roman de la Société des Gens de lettres en 2014 pour son troisième roman "Calcutta". Elle publie trois anthologies de poésie française et bengalie et en 2008 un premier récit "Fenêtre sur l’abîme" (la Différence). Son deuxième roman "Assommons les pauvres !" (2011, Éd. de l’Olivier) sera très remarqué par la critique, sélectionné dans le short-list du Prix Renaudot, couronné des Prix Eugène Dabit du roman populiste 2011, Prix Valéry-Larbaud 2012, Internationaler Literaturpreis à Berlin en 2016, adapté au théâtre en Allemagne et en Autriche. Son quatrième roman "Apatride" paraît en 2017 (Éd. de l’Olivier). Les livres de Shumona SINHA font l’objet d’études universitaires en France, en Allemagne et aux USA.

copyright photo © Patrice Normand

Irina TEODORECU

La presse ne tarit pas d'éloge sur le dernier opus de Irina Teodorescu, "Ni poète ni animal", et c'est sacrément mérité !
Irina Teodorescu a écrit quatre romans, un essai, des nouvelles et une pièce de théâtre pour un musée. Elle tourne ses fictions vers le monde extérieur en les nourrissant sans cesse d’un ailleurs poétique, peuplé d’animaux et de végétaux. Publiée chez Flammarion, Actes Sud, Gaia, Inculte, elle s'exprime en français. Elle est également plasticienne et expose régulièrement en France ; elle travaille actuellement à un livre avec dessins. En août 2019 est paru son dernier roman « Ni poète ni animal ».

copyright Pascal Ito pour Flammarion

Angélique VILLENEUVE

Angélique Villeneuve, auteure de sept romans, a vécu en Suède et en Inde, puis s’est installée tout près de Paris. Les femmes meurtries auxquelles elle s’attache ont un corps debout. "Les fleurs d’hiver" a été lauréat de quatre prix dont, en 2015, celui du livre de caractère de Quintin. "Nuit de septembre", récit de deuil lumineux, paraît l’année suivante chez Grasset. Enfin son dernier livre, "Maria", a obtenu le Grand Prix de la Société des gens de Lettres. Elle écrit aussi pour la jeunesse des albums peuplés de jardins, d’animaux, et un premier texte poétique sur le thème du chemin, publié en version bilingue aux éditions Le Port a jauni.

Angélique Villeneuve

Crédit photo © JP Pagga/Grasset